top of page
  • Photo du rédacteurGastine Musique

L'EAU S'ECOULAIT ... de Fernande TOLLARO, lauréate de "EAU delà des frontières" Marseille Mars 2023


L’eau s’écoulait, limpide, entre les galets roses

Quelques feuilles mortes, rousses et mordorées

Naviguaient, portées par le courant.

Elle aurait tant voulu faire la même chose ;

Se laisser aller, partir loin, au-delà de ce moment

Là où le remord n’existe pas.

Elle pleurait,

Son cœur saignait,

Elle en avait le goût fade au bord des lèvres.

Ah, sortir de ces ténèbres

Où son inconscience l’avait précipitée !

Comment avait-elle pu ?

Comment avait-elle pu ?

Revenir en arrière ? Cela ne se peut !

La vie court comme l’eau, ce n’est pas un jeu.

Des petits poissons argentés filaient dans l’onde.

Déjà ils avaient franchi la rivière, le torrent, la cascade, l’océan.

Alors, sur une feuille large et blonde

Elle déposa son vilain forfait,

La confiant aux vaguelettes vagabondes

Qui, au loin, l’emporteraient.

Elle la vit franchir la rivière, le torrent, la cascade, l’océan

Se perdre dans la grande eau, le néant.

Elle sourit tristement

Après sa faute, assumer, surmonter, se racheter.

Voilà ce que l’eau vive lui suggérait ;

Voilà ce qu’elle allait lui donner.

Transformer son affreuse trahison

Enfin à tous demander pardon.

L’eau s’écoulait limpide entre les galets roses.

L’eau emporte tout, elle lave tout,

Purifie tout

De chaque faute efface la cause

De son mouvement récurrent, indomptable.

Elle file, éternelle, parfois sournoise

Souvent rebelle

Mais toujours imperturbable.


17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page